Ceux qui n'ont pas connu Danielle Gilbert ou Guy Lux ont loupé les passages de Manset à la télévision.
Pourtant au départ, il n'y était pas opposé, loin de là - il y est passé une quinzaine de fois entre 1969 et 1983 avec, notamment, 3 émissions qui lui ont été spécialement consacrées : « Portrait d'un jeune artiste » le 28 février 1971 sur Antenne 2. Un numéro de « Discorama » le 18 mai 1973 ou pendant une demi-heure il est interviewé principalement sur l'album « La mort d'Orion » y interprétant 3 titres : «Le paradis terrestre », «Elégie funèbre » et « Celui qui marche devant » issu de « l'album blanc » (« Long long chemin ») paru en 1972. Puis, le 3 mars 1983, où un « Les enfants du rock » lui sera - pendant une heure - intégralement consacré, mêlant interviews, clips, et reportages « work in progress »...
Mais voilà, le 8 juin 1975 - déjà il sent qu'il touche le fond, avec le « Ring parade » de Guy Lux. Il y interprète son célèbre et unique tube « Il voyage en solitaire » au côté de Sheila qui chante " C'est le coeur " et " Aimer avant de mourir ", Demis Roussos " From souvenirs to souvenirs ", Christian Delagrange " Tu m'appartiens et je t'aime " et Carlos " Les croisades ". Vraiment pas de quoi se sentir dépaysé donc... d'autant que pour égayer le spectacle, la direction musicale du show est confiée à un grand orchestre dirigé par Jean Claudric, futur chef des tournées mondiales de Mireille Mathieu.

Là, il constate que la télé, définitivement, ce n'est pas pour lui, comme il le racontera dans son "interview-testament" à "Paroles & Musique" en avril 1986.

" Il y a quand même eu quelques horreurs . Un passage chez Guy Lux par exemple, en 75 , avec « Il voyage en solitaire » qui a vraiment été un cas de conscience pour moi . Je l'ai fait contraint, par solidarité envers le directeur de la promotion de Pathé qui s'était verbalement engagé à ma place, qui était allé au-delà de ce qu'il aurait dû . . . Alors, je suis allé me farcir ce Guy Lux, sans espoir de retombées commerciales d'ailleurs, sachant bien que son public de toute façon n'était pas a l’affût de ce que je pouvais faire . . . Mais le cas ne s'est jamais reposé par la suite, c'est pour ça aussi que je suis toujours resté chez Pathé : on y connaît trop bien mes travers pour me mettre dans des situations où j’aurais eu tout à casser. Une autre fois, en 81, Francis Cabrel que je ne connais pas personnellement, mais qui est un mec très bien, que j'apprécie, me téléphone pour que je participe à son "Numéro 1 " réalisé par les Carpentier. La télé, je ne voulais plus en entendre parler ni de près ni de loin, mais, bon, Cabrel y tenait, on déjeune ensemble, alors pourquoi pas, si c'est dans les meilleures conditions ? C'était avec "Le train du soir". Je passe sur les conditions de travail qui justement, ont été épouvantables, et puis on a encore dû m'appeler Jean-Charles Manset ou Patrick Manset, je ne sais plus, mais au bout du compte, ils avaient une bande impassable, avec un trou de 25 ou 30 secondes sur le playback pendant lesquelles le mec à la caméra me cherchait partout dans le studio sans me trouver (rire). Déplorable. Alors, bon, j'ai reçu une lettre d’excuses des Carpentier, mais c’était trop tard, ça ne résolvait rien et ça n'a fait qu'enfoncer définitivement le clou par rapport à la défiance que j’avais pour la télé. Je ne suis ressorti de mon trou que pour « Les enfants du rock » après avoir obtenu un tournage cinéma avec un mec que je connaissais."
"Quel intérêt d’aller participer à un plateau de télé où il va y avoir un prof d’université, la boulangère ou le plombier du coin et un mec comme moi ? Ça me gêne, ce mélange, cette dilution. Le juste milieu, ce serait déjà qu'il y ait moins de chaînes. J'en ai fait quand il y a eu la 1, puis la 2, et après j'ai arrêté. Mais on pourrait aussi imaginer qu'il puisse y avoir un plateau avec quatre ou cinq intervenants sur un même thème, qui auraient le même niveau : c'est ça qui me gêne beaucoup, c'est ce mélange de pointu et de vulgaire. Moi qui n'ai pas mon bac, je ne vais pas aller discourir sur un sujet que je maîtrise à peine avec un érudit de haut vol ! Après, pour l'anecdote, je ne suis pas contre le fait qu'un Balavoine apostrophe un Mitterrand en direct : pourquoi pas, ça peut mettre en valeur un fait de société, un événement. Le problème, c'est que ce genre d'éclat est trop systématiquement provoqué, que par démagogie n'importe quel membre du gouvernement se fera un devoir d'y répondre, de s'abaisser à la hauteur du premier venu qui le conteste. C'est ridicule, et ça ne peut en aucun cas être respectable. Si les politiques y réfléchissaient davantage, ils comprendraient la source de leurs problèmes : ils ne peuvent pas à la fois jouer aux clowns, se mettre à quatre pattes et faire des grimaces quotidiennes, et être respectés. Les ministres ne sont pas là pour aller discourir toutes les cinq minutes avec le premier venu : c'est élémentaire. Comment veux-tu que ces gens-là travaillent puisqu'ils sont 24 heures sur 24 à répondre aux questions de Pierre, Paul, Jacques ?"
C'est donc pour toutes ces raisons que vous avez coupé le contact avec l'univers télévisuel ?
"Je ne participe pas à ça avant tout parce que ça ne sert pas à grand chose. J'aime les trucs qui servent à quelque chose, et c'est pour ça que j'ai en général continué à rencontrer des journalistes pour des articles sur papier, dans un cadre clean et une relation privilégiée comme aujourd'hui. J'ai envie de dire qu'avec la presse écrite, on peut encore se préserver une qualité de silence. Et ça, le silence, c'est essentiel. Alors que la télé, ça sera toujours le problème du poster par rapport à une photo de Brassai. Sur le poster, tu as tout : le moindre grain de sable, le ciel immaculément bleu, le palmier avec toutes ses feuilles. Seulement, t’as plus envie de partir en voyant ça : t’as envie de vomir sur la plage ! Tellement on t’a contraint, on t’a réduit les possibilités de rêver. Tout, au fond, est un problème de définition. Je suppose qu'à ses tout débuts, la télévision, quand elle n'émettait qu'une heure par jour et que l'image était mal reçue, a pu stimuler l'imaginaire, dans un registre proche de ce que proposait la TSF. Parce que plus l'image est mauvaise, floue, en noir et blanc, plus tu cherches à la rattraper : tu es obligé de construire et de remplacer les manques. Mais quand tout est tellement nickel, qu'il n'y a plus rien qui bouge, qui te permet de sortir du cadre ou de le réinventer. Bref. A l’époque pattes d’eph, j’ai sauté du train en marche quand on a commencé à voir de quoi était faite cette drôle d’image"

Richard Robert - l'oreille absolue - octobre 1996
RING-PARADE - 1975  (merci d'attendre que les clips se chargent)

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Mais comme l'époque le veut, il jouera le jeu des "scopitones" comme on les appelait à l'époque, avec leurs effets "délicieusement" rétro.

Je suis Dieu

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La toile du Maître

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Jussqu'en 1983, il continuera cependant de faire quelques émissions quand les conditions techniques et de respect humain seront respectées, puis, il arrêtera. Il se contentera alors de quelques clips deci delà

Pour l'album "Revivre" avec le sobre et magnifique "Le lieu désiré" de et par Richard Bohringer

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Pour L'album "La vallée de la paix", il sortira "Deux pigeons" et "Paradis" qui tourneront sur M6.

Paradis

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

LISTE DE SES PASSAGES TELE:

PETIT DIMANCHE ILLUSTRE: (12.5.1968) - «Animal on est mal »
QUATRE TEMPS : (27.12.1968) - « La toile du Maître »
AU RISQUE DE VOUS PLAIRE (10.1.1969) - « La toile du Maître »
PORTRAIT D’UN JEUNE MUSICIEN D’AUJOURD’HUI (28.2.1971) : GÉRARD MANSET
DISCORAMA :(18.5.1973) ­ « Le paradis terrestre » ­ « Elégie funèbre » ­ « Celui qui marche devant »
UN JOUR FUTUR (Antenne 2 le 1.5.1975) ­ titre inconnu
SYSTEME 2 (8.6.1975) ­ « Il voyage en solitaire »
L'ANNÉE EN CHANSONS (1.1.1976) ­ « Il voyage en solitaire »
MIDI PREMIÈRE (13.4.1976) ­ « Rien à raconter »
LES RENDEZ-VOUS DU DIMANCHE (25.4.1976) ­ « Rien à raconter »
RECRE A2 : DISCOBUS (13.6.1979) « Royaume de Siam »
PAROLES ET MUSIQUE (29.9.1979.) ­ « Royaume de Siam »
D'HIER ET D'AUJOURD'HUI (11.5.1981) ­ « L’atelier du crabe » ­ « Manteau rouge » ­ « Marin’Bar »
BONJOUR BONSOIR LA NUIT (1.8.1981) ­ « Il voyage en solitaire » ­ « Le jour où tu voudras partir » ­ « Royaume de Siam »
QUELQUE PART L'AVENTURE (26.2.1982) ­ « Il voyage en solitaire » ­ « Marin’Bar »  ­ « La mer n’a pas cessé de descendre »
LES ENFANTS DU ROCK (3.3.1983) Emission qui lui sera spécialement et entièrement consacrée. D’une durée d’une heure, réalisée par Jean-Pierre Prévost.
Il existe aussi un court métrage inédit sur « Je suis Dieu », réalisé en 1968 par Franck Lords en 35 mm, noir et blanc. Clip avant l’heure, on y voit G. MANSET interpréter sa chanson en chemise à jabot et canne à pommeau d’argent.

« L’Atelier du Crabe ». film de 55 mn de 1981 réalisé en 35 mm par Franck Lords toujours, mais monté par MANSET lui-même, pour la promotion du disque. La première diffusion publique a eu lieu à la FNAC des Halles à PARIS le 9 mars 1981. Une diffusion antérieure avait eu lieu à la SACEM, mais accueilli là, avec une certaine fraîcheur. Il a ensuite été projeté dans quelques universités. De courts extraits ont été diffusés dans l’émission de télévision « D’hier à aujourd’hui » le 11 mai 1981. MANSET y interprète une dizaine de titres et sa femme et sa fille aînée apparaissent dans « Le pont ». L’interview durant le film a été conduite en voix off par Yves STAVRIDES.

Outre ses passages télé, il a donc aussi fait quelques clips.  (Du temps où il croyait encore à la télé. Puis il n’apparaîtra pas dans les derniers) Ils sont au nombre de quinze :

- Animal on est mal
- Il voyage en solitaire
- La toile du maître
- y’a une route
- Royaume de Siam
- On ne tue pas son prochain

Puis «Le lieu désiré » de et par Richard Bohringer, « Paradis » et « Deux pigeons » pour la promotion de l’album « La vallée de la paix ».
Un extrait de "Deux pigeons" apparaitra (1'02'') en outre sur un CDROM promo pour le journal "Libération".
Deux versions de "Ô Amazonie" seront tournées pour l'album "Manitoba ne réponds plus"
Mark Lanegan apparaîtra dans "No man's land hotel" tiré de "Un oiseau s'est posé"
Ensuite, la Warmer en fera réaliser deux autres pour la promotion de la compilation "THE CLASSIC ALTERNATIF BEST OF" en 2015: "La voie royale" et "Dans un jardin que je sais".



Avec une place un peu à part pour le "MATRICE" de Franck Lords figurant sur le CD VIDEO sorti en 1990 dans un minutage inédit de 5'10''.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



Et comme il a des fans pas comme les autres, vous pourrez facilement trouver sur "Youtube des clips tellement bien faits qu’on jurerait que ce sont des vrais ! Comme ce CLIP sur "Deux pigeons", montage réalisé par Olivier Verhoeven à partir de l'extrait de 1'02 du CDS promo de "Liberation"
©

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash






En 2004, en titre bonus sur la nouvelle version de "Route Manset", il avait fait reprendre le titre "Vies Monotones" par Les petits chanteurs de Saint-Marc. Les 28 et 30 janvier 2005, ce sont les prestigieux "Choristes" (avec Jean-Baptiste Maunier) qui le reprendront au Palais des Congrès de Paris devant une salle pleine à craquer.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash