A tout seigneur tout honneur. Ce livre est le socle qui a permis de réunir et de synthétiser toute sa discographie publiée sous son nom jusqu’à Mansetlandia inclus. 204 pages toutes en couleur avec donc, toute sa discographie tous supports confondus avec toutes les pochettes - le maximum recto verso. Le plus par rapport au site est qu’il est plus lisible (il se déroule par année) et plus complet (pochettes des coffrets, analyses, anecdotes, commentaires..)
En bonus, à la fin, un cahier de 18 pages « le cabinet des curiosités », avec des informations anecdotiques (participation à des compilations diverses, couvertures de unes, pochettes de K7) ou cocasses (bootlegs, projets avortés, reprises...). Le moins est évidemment son prix, d’autant plus élevé que n’ayant pas d’éditeur officiel, il est imprimé, à la demande, aux Etats-Unis… Compter 60€ (frais d’impression+taxe+TVA +transport).

Nouveautés 2018 : Mise a jour avec Mansetlandia - La section cinéma et cie a été rajoutée et le "cabinet des curiosités" remanié et augmenté.

http://www.blurb.fr/b/8727596-manset-une-odyss-e-discographique

168 pages toutes en couleurs 30 € (hors-taxes et FDT)

 

 








 




LEGENDE DE L'ININI 
 Le livre d'Alexis Omble publié aux Presses Universitaires de Valenciennes le 20 janvier 2010 - 440 pages passionnantes - est un essai de décryptage des thèmes de Manset, une étude tant sur la forme que sur le fond du monde et de l'art de celui-ci. Comme indiqué sur la 4ème de couverture, c'est "un assemblage entre ténèbres et lumières des pièces du puzzle Manset". Avec une discographie sommaire, une bibliographie et une liste des "objets graphiques".

(...) Le cas de la réédition CD inespérée de La “Mort d'Orion” en 1996, vingt-six ans après sa sortie, huit ans après son éradication des bacs et après avoir été entre-temps taxée intempestivement de bricolage « niveau classe de sixième » par son auteur, est éloquent. Ce dernier explique qu'il a attendu le moment propice. Son caractère étrange, baroque, la plaçait à part et seul le temps, les albums suivants venant l'éclairer, lui ont donné cette cohérence de genèse, où tout est en germe. C’est d'autant plus vrai que son thème en filigrane du rejet tragique du père et des ancêtres résonne particulièrement à l'heure de “Jadis et naguère” et du “Langage oublié”... Cette reconstitution est d'ailleurs parachevée trois ans plus tard par les coffrets récapitulatifs de 1999, à la chronologie clairement affichée qui rempla cent alors toutes les autres éditions séparées de l'époque et regroupent sous forme de quatre doubles CD ce qui est censé rester dans la discographie (avec quelques ajouts inattendus par rapport aux éditions de 1991-1995): leurs livrets, qui ont pour la première fois une page « Discographie disponible en CD», font ni plus ni moins “d'Orion” le seul album antérieur, en le datant qui plus est de 1969 (année de sa finalisation et non de sa sortie officielle), brouillant un peu plus les pistes. Également seul album à conserver à ce moment-là son architecture originale en CD simple, “Orion” affiche un peu plus son statut particulier de satellite originel ainsi tacitement institué prologue de l'ensemble de l'œuvre, réédité à part.

 

             

       

 

DANIEL LESUEUR- "Celui qui marche devant" aux éditions Parallèles.

L'ancêtre. Publié d'abord en 1995 puis réédité en 1997, c'est le premier ouvrage discographique publié sur lui. Aujourd'hui, son seul intérêt est qu'il est très riche en interviews piochées de ci de là, sans compter celles que Manset lui a personnellement accordées pour la rédaction du livre.